Ce qu’il faut savoir sur la vente à réméré

Si vous êtes propriétaire d’un immobilier et que vous vous confrontez à des problèmes de surendettement, la solution qui vous reste est la vente à réméré. Ce système de vente vous offre la possibilité de vendre votre immobilier, tout en ayant la chance de le racheter quand vous aurez les moyens nécessaires. Cela représente donc une solution pratique si vos restructurations de crédits ne sont pas concluantes !

La vente à réméré, un système financier favorable

Si vous avez encore des crédits non payés, il est possible de recourir à l’achat de crédit. Cette solution vous permettra donc de trouver une certaine manière de régler vos problèmes de finances. Cependant, il arrive que vous ne soyez plus dans la possibilité de restructurer vos prêts. C’est une situation délicate, mais si vous avez un immobilier en votre nom, cela représente une solution pour vous tirer d’affaires.

En étant propriétaire, vous avez de quoi payer vos dettes grâce à la vente a réméré ! D’une manière générale, ce concept se base sur le fait est de vendre tout en ayant la possibilité de racheter le bien. Les investisseurs privés demeurent alors les principaux acheteurs. Suite à la vente de votre bien, vous récoltez les fonds pour payer vos dettes. Le reliquat de la vente est quant à lui placé chez un notaire. Selon le contrat convenu avec les acheteurs, vous pourrez toujours occuper la propriété, à condition que vous payiez du loyer.

Pour la capacité de reprendre votre bien, vous serez placé en priorité si les nouveaux propriétaires décident de vendre l’immobilier. Cette faculté est tout de même fixé à une certaine date, qui est de 5 ans dans la plupart des cas !

Estimation sur le prix de la vente à réméré 

D’une manière générale, le prix de la vente a réméré d’un bien immobilier ne doit pas dépasser les 80% de la valeur de l’immobilier. Il s’agit alors du prix de vente amoindri de la dette restante. A titre d’exemple, un logement estimé à 400 000 €, où vous devrez rembourser 100 000 €, sera vendu à 300 000 € ! Quoi qu’il en soit, il arrive que les prix de vente soient compris entre 50 % à 70 % du prix estimé de l’immobilier. Quand vous aurez alors une vie financière plus apaisée et que vous voulez récupérer votre bien, le prix sera fixé selon le prix de vente et les éventuels travaux que le nouveau propriétaire a effectué !

Pour bénéficier de ce droit de rachat, il faut bien évidemment respecter le délai convenu. A part cela, vous devrez établir certains points avec l’acheteur. Ce dernier peut alors se contenter du loyer que vous verserez. Cela implique donc que vous devrez verser la somme d’investissement de l’acheteur. Ce dernier est aussi dans la mesure de solliciter un montant supplémentaire qui correspond à la différence de la valeur de l’immobilier à une période qui se situe entre la date de financement et celle du rachat.

 

Laisser un commentaire