Quelles sont les possibilités pour le nettoyage des parties communes d’un immeuble ?

Quelles sont les possibilités pour le nettoyage des parties communes d’un immeuble ?

Le nettoyage des parties communes d’une copropriété peut être difficile à comprendre d’un premier abord. En particulier en ce qui concerne la répartition des charges qui peut vite tourner en un conflit entre voisins s’il y a incompréhension. Cependant, l’hygiène des parties communes d’un immeuble est très importante en terme de voisinage mais aussi de sécurité. Mais qui est donc en charge de l’entretien des parties communes d’une maison ? En effet, chaque copropriétaire dispose d’une obligation à respecter en ce qui concerne les différentes charges relatives aux parties communes. Tout ce qu’il faut savoir sur le nettoyage des parties communes d’un immeuble dans cet article.    

Quelles sont les parties communes d’un immeuble ?

Quand on parle de partie commune d’un immeuble, on désigne les zones partagées par tous les copropriétaires. Généralement, les parties communes incluent l’ascenseur, les jardins, les couloirs ou les lieux d’accès, le hall d’entrée, les équipements collectifs comme les boîtes aux lettres et les locaux communs. En bref, les parties communes sont aussi la plupart du temps mentionné dans le règlement d’une copropriété.

Les possibilités pour faire nettoyer les parties communes

Le nettoyage des parties communes est souvent une grande préoccupation pour les copropriétaires d’un immeuble. De plus, trouver une solution satisfaisante n’est pas toujours aussi simple pour les nettoyer. Toutefois, il y a des possibilités qui peuvent être adaptées en fonction de la situation de l’immeuble et de son règlement de copropriété. Voici les solutions les plus courantes que les occupants d’un immeuble peuvent faire appel.

Faire appel à un concierge

Faire appel aux services d’un concierge peut être la solution au nettoyage d’une copropriété. D’autant plus que c’est une option souvent adoptée pour les immeubles de grande taille. Des immeubles qui sont, dans la plupart des cas, construits avec une conciergerie depuis sa construction.

La personne engagée comme concierge est donc sous contrat. Et le plus souvent, elle est prise en charge par la copropriété. D’ailleurs, la mise en place d’une conciergerie fait partie de ce contrat de travail. Il s’agit d’un profit en nature qui va être déclaré au même titre que le salaire du concierge, tout en étant soumis à un précompte professionnel.

Toutefois, pour le cas des immeubles plus petits, avoir un concierge n’est pas toujours une nécessité. Ces services pouvant être trop onéreux à départager dans le cadre d’une copropriété.

Engager un homme ou une femme de ménage à temps partiel

En outre d’un concierge, d’autres solutions peuvent être adoptées par un immeuble. On peut par exemple engager un homme ou une femme de ménage à temps partiel. Cette personne chargée du ménage va donc être sous la charge des copropriétaires et profitera des mêmes droits que tous les salariés. En particulier en ce qui concerne le temps de travail. Certaines règles devant être respectées pour éviter bien des ennuis.

Généralement, la prestation d’un agent de ménage à temps partiel ne doit pas être inférieure au tiers de la durée hebdomadaire des travailleurs à temps plein. Par exemple, considérons un travail à plein temps de 38 heures par semaine. La personne en charge des ménages doit donc travailler moins une douzaine d’heures par semaine. En ajoutant à cette règlementation que pour chaque prestation de travail, la durée ne peut être inférieure à trois heures. Il est cependant possible de faire une dérogation de cette limite de trois heures avec une convention collective de travail.

Faire appel aux services d’une firme de nettoyage

C’est sans doute la solution la plus simple et la plus appropriée pour le syndic d’un immeuble. L’association des copropriétaires d’un établissement peut recourir aux services d’une firme de nettoyage comme l’entreprise de nettoyage à Paris pour l’entretien de leurs parties communes. De plus, c’est une solution qui s’avère très économique en raison de la personnalisation des prestations. On peut en effet décider quelles tâches doivent être faites, à quelle fréquence mais aussi à raison de combien d’heures par intervention et par semaine. Ce qui fait qu’en matière de coût, les sévices de nettoyage s’avèrent être la meilleure solution pour tout type d’immeuble.

Les charges de copropriété concernant les parties communes

Comme nous l’avons mentionné au départ, la répartition des charges du nettoyage de partie commune d’une copropriété peut engendrer des conflits. Cependant, la loi ainsi que les règlements de la copropriété peuvent définir plus simplement les obligations de tous les occupants de l’immeuble.

La répartition des charges de copropriété

Le plus souvent, l’entretien de copropriété concernant les parties communes suit la logique de partage entre les copropriétaires. Il est donc évident que le copropriétaire qui possède un plus grand espace doit s’acquitter d’une charge plus couteuse. Toutefois, un règlement de copropriété a aussi le droit de choisir un moyen plus spécifique pour la répartition des charges. En somme, tout cela restant dans le cadre d’une convention collective.

Un autre cas de répartition des charges peut aussi dépendre du nettoyage des parties communes d’une copropriété. A titre d’exemple, un copropriétaire n’ayant pas accès au parking sera exonéré de l’entretien du parking.

Ainsi, il est plus facile pour le syndic d’un immeuble d’évaluer le cout de nettoyage des parties communes avant la répartition des charges. Il est par exemple possible d’effectuer un devis gratuit avec une entreprise de nettoyage à Paris pour l’entretien d’un immeuble.

Qui prend les décisions ?

La copropriété au sein d’un immeuble doit toujours avoir un syndicat pour effectuer une prise de décision. Il est d’ailleurs plus simple de se répartir les charges et d’élaborer une règlementation de cette manière. En particulier en ce qui concerne les frais de réparations, de nettoyage et de l’entretien de l’immeuble. Le syndicat permet aussi de gérer les éventuels conflits de voisinage. Mais même si c’est ce groupe qui pourrait prendre toutes les décisions au sein d’un immeuble, il reste toutefois vivement conseillé de soumettre au vote de l’assemblée générale les règlements ou une nouvelle décision prise. Connaitre l’avis de la majorité simplifie la cohabitation et diminue ainsi les risques de conflit entre voisinages.

Laisser un commentaire