L’intérim, une porte d’entrée vers le CDI ?

L’intérim, une porte d’entrée vers le CDI ?

Pour certains travailleurs, le recours à l’intérim est un choix motivé par la variété des missions, l’alternance de périodes travaillées et les congés, ainsi que des rémunérations majorées. Pour d’autres, il s’agit d’une situation transitoire qu’il peuvent mettre à profit d’autres aspects de leur vie personnelle dans l’attente d’un emploi stable. Mais quelle que soit la raison, l’intérim repose sur la capacité d’adaptation à des activités variées et la régularité des missions qui assurent des revenus pour le foyer.

Les principes généraux de l’intérim

Un travail en intérim met en scène trois parties : le salarié intérimaire, l’entreprise de travail temporaire et l’entreprise utilisatrice. Le travailleur est embauché par l’entreprise de travail temporaire pour la durée de la mission, et est mis à disposition de l’entreprise utilisatrice. Il est donc salarié de l’entreprise de travail temporaire avec laquelle il a signé un contrat de mission. L’entreprise de travail temporaire refacture les heures travaillées à l’entreprise utilisatrice avec un coefficient.

En tant que salarié de l’entreprise de travail temporaire, le travailleur intérimaire est soumis au régime général de la Sécurité sociale. Cependant, un certain nombre d’heures travaillées est requis pour bénéficier des remboursements de frais médicaux. L’employé peut prétendre à ce droit pendant un an en cas de maladie ou de maternité dans les conditions suivantes : il a travaillé au moins 60 heures pendant un mois ou perçu un salaire équivalent à 60 fois le SMIC horaire sur un mois, il a travaillé au moins 120 heures pendant trois mois ou perçu un salaire équivalent à 120 fois le SMIC horaire sur trois mois, et il a travaillé au moins 800 heures pendant un an ou perçu un salaire équivalent à 2030 fois le SMIC horaire sur douze mois.

Le travail en intérim est censé concerner tous les métiers, mais le travailleur ne sait pas toujours à quelle entreprise de travail temporaire s’adresser. Et pour cause, les entreprises du secteur peuvent être généralistes ou spécialisées. En cas de doute, il ne faut pas hésiter à demander des informations supplémentaires afin de savoir si le profil du travailleur correspond bien aux missions prises en charges par l’agence d’intérim. Il est à rappeler que les chances de trouver un poste sont proportionnelles au nombre d’inscriptions auprès des agences.

Le travailleur qui postule pour un emploi intérimaire doit joindre à sa demande un CV, une pièce d’identité, sa Carte Vitale, son permis de conduire s’il est titulaire et éventuellement ses attestations ou certifications. Un chargé de recrutement se charge du traitement de son dossier. L’entreprise contacte ensuite le travailleur si une mission est en vue. Elles agissent généralement en suivant le principe du premier arrivé premier servi.

Les liens entre le travail en intérim et CDI

Le travail en intérim peut constituer un tremplin salvateur pour les chômeurs dans la mesure où il pallie un imprévu dans une entreprise pour remplacer rapidement un employé. Dans ce cas, les missions sont généralement courtes, et le travailleur se doit d’être réactif. Cependant, les agences ont de plus en plus affaire à des missions sur le long terme qui ont de grandes chances de déboucher sur un CDI.

La logique de la plupart des entreprises veut que les recrutements se fassent via un poste intérimaire dans un premier temps, principalement pour des raisons de coût. L’intérim est donc une excellente option pour les personnes qui veulent simplement se lancer sur le marché du travail, car contrairement aux idées reçues, ce type de recrutement n’est pas une suite interminable de travail dans différentes entreprises. En effet, il répond à des demandes qui ont comme perspective la stabilité de la productivité, et par conséquent de l’emploi.

Le travail en intérim est aussi un choix de carrière pour les personnes qui ne souhaitent pas se faire embaucher par des entreprises différentes afin de pouvoir organiser leur vie comme elles l’entendent. L’autre avantage est la formation à laquelle elles ont droit. Enfin, les entreprises de travail temporaire communiquent de plus en plus sur le long terme avec les intérimaires, et les accompagnent tout au long de leur carrière professionnelle, comme dans n’importe quelle entreprise. Tout ces éléments font que travail en intérim et CDI ne sont ni inconciliables ni incompatibles, loin de là !

Laisser un commentaire