La garde à vue : pourquoi et comment ?

La garde à vue : pourquoi et comment ?

Il existe plusieurs mesures que peuvent prendre les autorités pour trouver le coupable d’un crime ou d’un délit. C’est dans ce cadre-là que l’on a créé la garde à vue. Il s’agit d’une privation de liberté qui a pour but d’éclaircir certaines zones d’ombre sur une enquête en question.

C’est n’est pas le juge qui prononcent cette mesure, ce sont les officiers de la police judiciaire. Ce n’est pas une incarcération à proprement dite puisqu’aucun jugement n’a pas encore été prononcé. De ce fait, le gardé à vue dispose de plusieurs droits assez conséquents comme avoir un examen médical à sa demande ou bénéficier de repas chaud.

Les raisons de la garde à vue

Il arrive que le suspect d’un crime veuille s’échapper de la justice, pour éviter cela, la police peut contraindre la personne afin que l’on puisse le présenter devant le Procureur de la République ou devant le juge d’instruction pour que ces derniers puissent apprécier s’il fallait continuer ou non l’enquête.

Une personne qui a commis un crime comme un meurtre peut être amenée à récidiver. C’est assez dangereux comme situation, c’est la raison pour laquelle, la police peut mettre le suspect à garde à vue. C’est aussi considéré comme étant une mesure préventive et dissuasive.

Une assistance obligatoire d’un avocat à lyon pour une garde à vue, en effet il faut qu’un juriste professionnel puisse surveiller le respect des droits du suspect lors de cette mesure. Ce n’est pas rare que les agents de la police oublient ou négligent tout simplement les libertés du gardé à vue.

Les procédures à savoir sur la garde à vue

Il faut savoir que tout le monde ne pourra pas faire l’objet d’une garde à vue. Par exemple, le mineur ne pourra pas être soumis à ce genre de contrainte sauf dans certaines conditions. Il en va de même pour certaines personnes qui bénéficient d’un statut spécifique en ce qui concerne la responsabilité pénale, comme le président de la République ou encore certains élus.

En ce qui concerne la durée, elle ne doit pas excéder 24 heures. Toutefois, elle peut être prorogée avec l’autorisation du procureur de la République ou encore par un juge d’instruction. C’est le principe, mais dans les affaires de drogues ou encore de terrorisme, la durée peut atteindre 6 jours selon les cas.

Si les droits du gardé à vu ne sont pas respecté, ce dernier pourra porter l’affaire en justice avec l’aide de son avocat.

Laisser un commentaire