Médecin

Problèmes d’érection : pourquoi vous devez en parler à votre médecin ?

Les problèmes d’érection concernent entre 2 et 3 millions d’hommes en France. On constate néanmoins une grande réticence à consulter, notamment par pudeur. Il est pourtant indispensable de faire part de ces troubles à son médecin traitant. D’énormes progrès ont notamment été faits en matière de traitement. S’adresser à un praticien constitue déjà un pas de plus vers la guérison.

Problèmes d’érection : quand et pourquoi en parler à un médecin ?

S’il s’agit d’une panne sexuelle passagère ou qui se manifeste une fois de temps en temps, il n’est pas nécessaire d’en parler à un médecin (un généraliste notamment). La situation est très différente en cas de problèmes d’érection persistants, constatés depuis plus de trois mois.

Il faut d’ailleurs souligner qu’il appartient au patient d’évoquer le problème. En effet, le praticien ne va pas en parler spontanément. Cela n’empêche pas qu’ils possèdent les compétences nécessaires pour la prise en charge de ce genre de trouble. Il suffit de dire les choses comme elles sont, de façon claire et directe. Il n’y a pas à se sentir embarrassé, il s’agit d’un problème de santé comme un autre et qui sera abordé comme tel. D’ailleurs, il est possible qu’il s’agisse de signes d’un problème médical plus ou moins grave.

Comment se déroule une consultation ?

Au cours de la consultation, le médecin généraliste va faire un bilan général de la situation et vérifier qu’une maladie sous-jacente n’est à déplorer.

Concrètement, le médecin pose une série de questions auxquelles il faut répondre avec franchise. Il se renseignement notamment sur la manière dont le problème se manifeste, sa fréquence, ses débuts, le désir, la rigidité de l’érection et sa durée, les circonstances des troubles (avec qui, à quel moment…). Il s’intéressera également aux érections spontanées, la nuit ou au réveil et les éventuelles séances de masturbation. L’objectif est ici d’établir un diagnostic et de connaître les origines du problème (physiologiques ou psychologiques).

Le médecin s’intéressera également sur le background santé du patient. Souffre-t-il de diabète ? D’excès de cholestérol ? D’hypertension (informations ici)? Consomme-t-il de l’alcool ou du tabac ? Est-il sujet à la dépression, au stress ou à l’anxiété ? A-t-il subi des interventions chirurgicales ? Suit-il des traitements spécifiques ?

A tout cela s’ajoute un examen clinique consistant à palper directement les organes génitaux, ainsi que la prostate. Toutes les informations ainsi récoltées permettent au médecin de déterminer le traitement le mieux adapté. En fonction des résultats des divers examens réalisés, un traitement sera mis en place ou alors le patient est orienté vers un spécialiste. Des médicaments tels que le Viagra (voir cette page) peuvent alors être prescrits pour booster la sexualité des patients, leur permettant de retrouver une vie sexuelle épanouie.

Consultation avec un sexologue

Si le médecin généraliste le juge utile, le patient sera orienté vers un spécialiste, précisément un sexologue. Après avoir pris en main le « cas », ce dernier peut préconiser différents traitements qui peuvent varier d’un praticien à l’autre. Il peut prescrire des séances de relaxation, d’hypnose ou encore de psychanalyse.

Il y a également la thérapie comportementale qui propose une approche psychologique du problème. Le spécialiste préconise alors des exercices permettant à chacun de retrouver une confiance en soi tout en facilitant la communication avec le partenaire. Souvent, le couple concerné est encouragé à réaliser prioritairement voire exclusivement des échanges sexuels n’impliquant pas de pénétration. Cette abstinence nourrit le désir tout en permettant à l’homme de regagner de l’estime en lui-même et gagner en performance.

Laisser un commentaire